les activités
 
- éof

15 rue saint Fiacre 75002 Paris
Le 24 avril 2003


à l’invitation de Serge Ramon et Kiko Herrero

ARTISTES PRÉSENTÉS :
Loïc CONNANSKI et Thierry AUGÉ - J.C. FORTIER - Andreas GEDIN - Patrick HÉBRARD - Paul HORN et Harald HUND - Germain HUBY - Tilo LAGALLA - Sabine MASSENET - patrickandrédepuis1966 - Arnold PASQUIER - Chris QUANTA - Vincent ROUX - Corinna SCHNITT - Brigitte ZIEGER

EN INSTALLATION :
Enna CHATON (France) : Propos, titre provisoire ; 1.
Sur la masturbation. 13 min 50 - 2000
Des personnes répondent à deux questions :
1- que diriez-vous sur la masturbation ?
2- quelle couleur donneriez-vous à la masturbation ?
Le corps des modèles n’est pas à l’image. Seule est visible la couleur que chacun a choisie pour dire sa la masturbation.

Nombre de spectateurs : 50

crédit photographique : © patrickandrédepuis1966 (Esquisses et variation)


- SÉQUENCE I -

Sabine MASSENET (France) :
- 360° de bonheur. 6 min - 2003
”La publicité engage ainsi le consommateur dans une sorte de mode vécue de la substance, le rend complice d’une délivrance et non plus seulement bénéficiaire d’un résultat : la matière est ici pourvue d’états-valeurs.”OMO” en utilise deux assez nouveaux dans l’ordre des détergents : le profond et le mousseux. Dire qu’OMO” nettoie en profondeur, c’est supposer que le linge est profond, ce qu’on n’avait jamais pensé, et ce qui est incontestablement le magnifier, l’établir comme un objet flatteur à ces obscures poussées d’enveloppement et de caresse qui sont dans tout le corps humain. Quand à la mousse... elle flatte chez le consommateur une imagination aérienne de la matière, un mode de contact à la fois léger et vertical...” Roland Barthes, Mythologies, 1955.
- Un duo pour la vie. 2 min - 2003
A deux, ça n’est pas toujours mieux !

Germain HUBY (France) : Germain fait sa télé. 2000/2002
Dans cette série qui se découpe en plusieurs épisodes, l’artiste incarne un personnage dont le quotidien pourrait ressembler à « Monsieur tout le monde ». Cependant, un dédoublement de la personnalité s’opère sur ce personnage qui ne s’exprime qu’avec les voix des protagonistes de la télévision.
- # épisode 6 : les informations (l’insécurité). 3 min
- # épisode 8 : loft story. 4 min 30

Loïc CONNANSKI et Thierry AUGÉ (France) :
Les postulants. 7 min 16 - 2002
(sur une idée de Paul Ouazan)
Pour l’émission « Die Nacht/La Nuit » de Paul Ouazan.
Atelier de Recherche d’Arte France © Arte France 2002
Le discours volontaire et conquérant des décideurs apôtres du libéralisme cache toujours en son sein son contraire : les pleurs silencieux de la dépression à venir.

Andreas GEDIN (Suède) :
So far, so good. 4 min 20 -2002
Un homme raconte un film muet à un aveugle tout en mangeant une pizza.

Chris QUANTA (France) :
Quanta moi (extraits). 20 min
En utilisant le principe de l’auto-filmage, mes premières aventures vidéos voulaient se limiter à raconter de petites histoires. Très vite, un personnage récurrent est apparu, que l’on retrouve dans Alter Ego Video. Probablement une part de moi-même, mais aussi un personnage de transition qui est là comme un point de rencontre entre celui qui raconte et celui qui regarde. Les situations dans lesquelles ce personnage évolue sont scénarisées et se réfèrent à des micro-évènements, de simples objets, des images, des souvenirs... Parce que l’on est parfois dépassé par les aléas de la vie, parce que l’on regarde en arrière, parce que l’on a peur de l’inconnu, parce que le temps, parce que les femmes, parce que la certitude se construit peut-être sur un ensemble de doutes...

Tilo LAGALLA (France) :
Partida 1. 10 min - 2001
Si l’art est la mise en oeuvre de la vérité (M.Heidegger), alors Lagalla est un artiste. Il nous propose ses vidéos, petits films démystificateurs, pour mettre à bas nos glorioles, nos vanités, nos centrismes, et autres pathologies de la vie quotidienne. Regarder les images du niçois, c’est se retrouver en présence d’un gobie, d’un pigeon, d’une aubergine, d’une pomme de terre et d’un Lagalla qui pratique la vidéo comme un sport de combat.
Les films sont en niçois traduits de l’anglais, le français court-circuité et renvoyé au rang de patois : magnifique mise en forme du rapport local-universel. Lagalla élague les images, la narration, le verbe, pour garder le plus petit dénominateur humain commun ". J.Arieri


- SÉQUENCE II -

Paul HORN - Harald HUND (Autriche) :
Tomatoheads. 6 min 15 - 2001
Une journée dans la vie d’un couple tout ce qu’il y a de plus « normal » au détail près qu’ils ne semblent pas avoir les pieds sur terre !

Julie-Christine FORTIER (Québec) :
Rien ne va plus. 2 min 10 - 2002
La rotation et les effets hypnotisants qui sont recréés dans cette vidéo-performance ouvrent un espace abstrait tout en rappelant l’environnement ludique du divertissement à travers le travail sonore réalisé.

Patrick HÉBRARD (France) :
Plafonnages. 3 min - 2002
Vidéo de 3 minutes mise en boucle sur 4 heures et destinée à une installation intitulée : « L’Homme Précipité : Installation pour Plongeoir et écran Trouble ».
Un homme se meut dans un espace improbable et paradoxal, entre sol et plafond. Cet espace prend les lois de la gravité à contre-pied, si bien que l’homme qui y évolue semble tantôt y flotter, tantôt s’y plafonner, tantôt s’y déposer comme un précipité chimique.

Brigitte ZIEGER (France) :
Fata Morgana. 3 min 20 - 2001
Un paysage désertique.

Corinna SCHNITT (Allemagne) :
The sleeping girl. 16mm. 9 min - 2001
Un quartier d’habitations résidentiel d’une ville énigmatique totalement désertique. Dans une atmosphère fantomatique et inquiétante par son manque de vie, seule la présence humaine d’une voix sur un répondeur téléphonique vient rompre ce silence.

patrickandrédepuis1966 (France) :
Esquisses & Variations. 12 min - 2003
"Il l’examinait avec une curiosité stupéfaite. C’était sa mère, cette femme !" Maupassant

Arnold PASQUIER (France) :
Réalisations (extraits).
Réalisations comprend neuf courts métrages allant d’un solo de la danseuse Pina Bausch au portrait de l’artiste canadien Michael Snow, en passant par une poursuite à ski. Au fil de ces petites pièces, Arnold Pasquier explore poétiquement les invariants du langage cinématographique : le mouvement, le rythme, la surimpression, les liens de l’image à la parole et au texte, la révélation du passage au net ou la dissolution dans le flou, pour raconter toujours l’amour, le rêve et la disparition.
- aurevoiretmerci. 5 min - 2001
La danse de Pina Bausch, chorégraphe allemande du Wuppertal Tanztheater. Extrait du spectacle "Danzõn".
- Two Michael Snow. 4 min - 2002
Un portrait de l’artiste canadien Michael Snow. Il se tient devant un écran de cinéma où est projeté un extrait de son film " Two Lavoisier, who died in the reign of terror ". Un zoom avant se rapproche de son visage, puis l’image devient floue, jusqu’à la perte de la forme.

Vincent ROUX (France) :
Coupe ta tête dans les arbres. 16 min 42 - 2001
Instants suspendus pris de différents points de vue (au sol, sous terre et dans les airs) de personnes relevant la tête comme surpris dans une attente.

 
 
 
ˆ