la collection
FORTIER Julie-Christine - Québec

Oeuvres :

- L’Avenir - 4 min. - 2007

- Révolution - 5 min. - 2007

- Home - 5 min. 10 - 2005

- Vacant / Non Vacant - 5 min. (boucle) - 2005

- Pêche blanche - 15 min. (boucle) - 2005

- Vanishing Point - 56 min. 46 - 2004

- Rien ne va plus - 2 min. 10 - 2002

- Julie in the Box - 8 min.15 - 2002
Shift (1999)
Mechanical Rodeo (2000)
Line Up (2001)
Blizzard Blizzard (2000)
C’est pas grave (2002)

Biographie :

Les premières vidéos de Julie C. Fortier s’inscrivaient dans le genre de la performance filmée (Julie in the Box, 1999-2002, jusqu’à Vanishing Point, 2004).
Son travail récent en vidéo se présente sous la forme d’enregistrements d’actions pour mettre en scène des actes de disparition ou des absences : creuser un trou dans un terrain vague jusqu’à disparaître de l’image (Vanishing Point, 2004), déneiger l’entrée d’une cour et disparaître par intermittence sous un nuage artificiel de poudreuse (Home, 2005), installer une brimbale sur un lac gelé et attendre une prise qui ne viendra pas (Pêche blanche, 2005), filmer sur le bord d’une route une enseigne de motel successivement allumée ou éteinte (Vacant/Non Vacant, 2005). Cadrées en plan fixe, ces vidéos deviennent des durées qui incitent à la contemplation.
Ses sculptures et installations sont quant à elles proches de l’univers factice de ses premières vidéos (Julie in the Box, 1999-2002, Rien ne va plus, 2002). Entre univers reconstruit et effets spéciaux, elles oscillent entre l’artifice d’un décor de film et la vision arrêtée d’un souvenir. Provenant le plus souvent du souvenir de certains cartoons ou de films de cinéma, lui-même mêlé au souvenir de leur reconstitution enfantine, elles sont des images rematérialisées qui semblent attendre dans l’espace d’exposition une chute narrative qui n’arrive jamais. Ses dernières vidéos partagent avec son travail de sculpture et d’installation une même interrogation sur le vide. Leur caractère suspendu, leur immobilité ponctuée d’événements ténus jouent sur l’attente et le désir pour renvoyer le plus souvent à une vacuité mélancolique.

Julie C. Fortier est née en 1973 à Sherbrooke (Québec, Canada). Elle est titulaire d’une maîtrise de l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal et vit en France depuis 2001. Son travail a fait dernièrement l’objet d’expositions personnelles à la galerie Art & Essai à Rennes et à la galerie La Box à Bourges. Depuis 1999, ses vidéos ont été diffusées dans de nombreux festivals, événements et expositions tels que Face LIFT à la Kitchener-Waterloo Art Gallery (Ontario, Canada), Single Channel à la galerie Blaffer (Houston, USA) et Trames horizontales/défilement vertical au Musée du Québec (Québec, Canada).


ˆ