les activités
 
- au Point Ephémère

200 Quai de Valmy - 75010 - Paris
le dimanche 20 mai 2007
à partir de 16h


Métro : Jaurès (lignes 5, 2 et 7 bis) et Louis Blanc (ligne 7)

À l’invitation du Point Ephémère
cet événement "est-ce une bonne nouvelle" est une proposition d’Alex Pou
avec l’aide de Véronique et Christian Barani et des artistes présentés.

GOOD&BADNEWSVIDEOS
Des séances vidéos sont imaginées et construites à partir de la collection de "est-ce une bonne nouvelle" et suivies de temps de pause, de rencontres, entre les organisateurs, les artistes présents et les spectateurs.
Chaque séance est composée de films ayant une "fibre" commune. Cette "fibre" peut être apparentée au sujet, au style, à la forme, ou au mode opératoire de chaque film.
Chaque séance est précédée par une courte présentation.
Un programme est distribué.


GOOD&BADNEWSVIDEOS n°2

Le programme de mai s’articule autour du lieu et de l’image.
Ou comment définir un lieu ?
Comment s’y perdre ?
Comment s’y écraser ?
Comment filmer les extra-terrestres ?
Comment deviner ce que tout le monde pense ?
Comment réchauffer un lieu ?
Comment voir les fantômes et comment leur parler ?
Comment écouter les ancêtres ?
Comment fonctionne la télépathie ?
Comment débusquer un groupe d’anarchistes des années 80 ?
Comment aller en vacances avec eux ?


SÉANCE 1

Oliver Pietsch
Maybe not - 4 min. 20- 2005
A partir de mix de films connus, Maybe not est un envol.

Alex Pou (france)
Le dériveur - 6 min. - 2007
Une voix chuchotée et invisible accompagne un long travelling traversant des paysages désertiques, des couloirs sans fin, des architectures sans but.

Terrence Handscomb (nouvelle-zélande)
Heat ( knowing your appliance) - 5 min. 27 - 2000
Avec la chaleur, tout devient chaud, très chaud.

Raphaël Boccanfuso (france)
Transcommunication - 27 min. - 2005
Réalisé avec le soutien de synesthésie à l’occasion de l’évènement
« transimages 2 : MOBILITES »
Transcommunication est construit comme un reportage. Le film expose trois points de vue sur un "fait" photographique dont l’origine est une image prise par Céline Saas en 1991. En effet, cette jeune femme réalise une photographie, un autoportrait chez elle dans son salon qui révèle au développement le visage d’une femme sur l’écran de la télévision éteinte. Ce phénomène d’apparition et d’enregistrement d’une présence s’appelle transcommunication : il est la manifestation non rationnelle, surnaturelle, visuelle ou sonore d’une présence, généralement d’un mort, par des moyens de communication et de transmission (radio, télé...). Ce phénomène, qui a été identifié, est l’objet d’études parascientifiques.
Le film présente un montage de trois entretiens filmés avec :
- Céline Saas témoin numéro 1,
- un sémiologue spécialiste de la photo, Sylvain Lizon,
- un spécialiste des phénomènes de transcommunication, Yves Lignon.
Le discours de chaque interviewé recadre l’expérience avec sa conception de la réalité et son système d’interprétation.

SÉANCE 2

Soufiane Adel (france)
La cassette - 20 min. - 2006
Août 1989, ma mère Zouina quitte la Kabylie avec mes deux sœurs, mon frère et moi, pour rejoindre mon père, mécanicien en France.
Trois mois plus tard, elle reçoit une cassette d’Algérie.

Gaël Lépingle (france)
La prisonnière du Pont aux Dions - 27 min. - 2005
J’avais quatorze ans lorsque Georges Besse fut exécuté. Quelques mois plus tard, les membres d’Action Directe furent arrêtés dans une ferme du Loiret, non loin d’Orléans où j’habitais. J’en perçus des mots, des noms, des images, réduits au fait divers. Et puis plus rien. Un nom m’était resté cependant. Celui de Nathalie Ménigon.

 
 
 
ˆ